services

Nos services

Le laboratoire est spécialisé dans la restauration des films. Dès sa création au début des années 1990, L’Immagine Ritrovata s’est révélée à la pointe du progrès technologique. Ces dernières années, notre secteur numérique a par ailleurs atteint un très haut niveau de spécialisation, tant en matière d’équipement qu’au niveau du professionnalisme de notre personnel.

  • Documentation et étude du matériel

    Le processus de restauration débute avec l’étude et l’inspection du matériel et s’achève avec la documentation du travail effectué. L’analyse des éléments à notre disposition et des sources non-film permet de déterminer le workflow de restauration le plus adapté, d’établir les délais nécessaires, mais également d’identifier les difficultés. Au terme de ce processus, nous veillons à documenter de manière détaillée chaque phase de la restauration, les problématiques rencontrées et les solutions adoptées.

  • Réparation de copies

    La réparation manuelle des copies correspond à la première phase de restauration d’un film. Il s’agit de restituer sa capacité mécanique/capacità meccanica à la copie originale, pour permettre son passage dans les machines au cours des phases suivantes (imprimantes, scanner, télécinéma, etc.).


    La réparation est un travail artisanal qui advient principalement sur le passe-film manuel. À notre disposition, ciseaux, bistouris, pinces, tampons, solvants, rubans adhésifs spécifiques au cinéma, pinceaux et une colle spéciale que nous produisons nous-mêmes et qui nous permet de joindre les pellicules en nitrate de cellulose et en acétate de cellulose. Durant la phase de réparation, nous vérifions toutes les collures et les remplaçons au besoin. Nous réparons également les détériorations physiques telles que les rotture/cassures, les déformations et les déchirures au niveau des perforations ou de l’image, qui peuvent constituer des lacunes d’entité et de gravité variable. Nous nettoyons aussi manuellement les éventuelles zones de salissures incrustées. En cette phase, les principes de fonctionnalité mécanique et d’esthétique guident nos choix : une bonne réparation n’est autre que le juste compromis entre ces deux exigences.

  • Traitement des pellicules chimiquement dégradées

    Ces dernières années, L’Immagine Ritrovata s’est équipée d’un espace dédié aux traitements communément appelés « traitements chimiques » (séchage, assouplissement, réhydratation), qui lui permettent d’offrir une seconde jeunesse à des pellicules autrement condamnées. La dégradation chimique des pellicules est en effet un problème de plus en plus récurrent, un processus naturel et irréversible qui, dans les cas les plus extrêmes, peut entraîner la destruction des matériaux cinématographiques en nitrate et en triacétate de cellulose.

     

    Un matériau chimiquement altéré subit des transformations physiques et chimiques qui affectent son fonctionnement et, de fait, son éventuelle utilisation. Cela se traduit par l’impossibilité de traiter le film immédiatement et, par conséquent, de mener à bien un projet de restauration.

     

    Grâce au séchage, les pellicules initialement collées – en partie ou intégralement – peuvent être réutilisées sans que le déroulement mécanique endommage le support ou l’émulsion. De même, pour redonner souplesse et plasticité aux pellicules que la dégradation chimique a rendues cassantes et fragiles, des traitements assouplissants et réhydratants spécifiques permettent de les déformer ou de leur fait perdre leur planéité initiale, de sorte que les manipulations suivantes n’engendrent aucune autre dégradation ou rupture.

     

    Grâce à ce type d’intervention et au contrôle continu de l’évolution et de la réaction des bobines traitées, il est désormais possible de restaurer temporairement le fonctionnement physique et mécanique de matériaux chimiquement dégradés, qui pourront par la suite être reproduits sans dommage supplémentaire.

     

  • Essuyage

    La copie est entièrement nettoyée avec une essuyeuse à ultrasons: le film passe dans un bac de lavage contenant du HFE et, à travers un système d’éponges tournantes, il est exposé à l’action des ultrasons, puis séché grâce au jet puissant et ponctuel des "lames d’air".

  • Numérisation des copie nitrates

    Le laboratoire L’Immagine Ritrovata est équipé d’un Arriscan capable de scanner les pellicules en nitrate, en diacétate et en triacétate en très mauvais état de conservation. Les copies endommagées peuvent être scannées et élaborées selon le workflow de restauration numérique normal, même celles très détériorées à cause du syndrome du vinaigre.

     

    La technologie Arriscan permet de scanner sans PIN register et de régler la tension de la pellicule à l’intérieur de la machine selon deux options: "normal" et "soft". Avec la modalité sprocketless, le scanner est entièrement complet: outre la possibilité de scanner des formats non standards, il est alors possible de décider de la step size. Avec ce système, on indique à la machine la dimension du photogramme que l’on entend scanner, qui est maintenue sur toute la longueur de la bobine. Il est également possible de scanner des films à deux ou trois perforations. Autre apport majeur, en modalité sprocketless, il est possible de refaire la boucle sans interrompre le scanning, chose qui se produit normalement si les films sont très rétrécis, avec le risque qu’ils s’abîment ou ne passent pas entièrement dans la machine, et que l’on perde ainsi la boucle. Avec la technologie Arriscan, tout ceci peut être évité sans avoir à relancer le scanning, ce qui représente un gain de temps considérable.

     

    Grâce à la technologie Arriscan, de nombreuses restaurations qui auraient dû être réalisées selon le processus photochimique traditionnel peuvent dorénavant être effectuées en scannant directement la pellicule originale sans copie analogique, avec des résultats excellents. Arriscan manipule avec délicatesse les éléments très fragiles et peut agir sur toute la gamme de pellicules cinématographiques : dans la pire des hypothèses, la technologie Arriscan peut scanner la pellicule photogramme par photogramme.

     

    Les films en couleur et en noir et blanc peuvent être numérisés à travers l’option sous liquide d'Arriscan, qui élimine les saletés et masque les rayures en surface au cours du processus de numérisation. L’option sous liquide permet de réduire considérablement la phase de nettoyage, notamment pour les éléments d’archive où l’option sous liquide fait vraiment la différence.

  • La comparaison

    La comparaison est le secteur du laboratoire chargé de mettre au point le projet de reconstitution du film, en comparant tous les éléments filmiques à disposition sous forme de fichiers numériques à basse résolution. Ce processus se fonde essentiellement sur un logiciel de montage audio/vidéo, qui permet d’analyser les sources photogramme par photogramme, pour en comparer l’exhaustivité. Cette étude complète les informations fournies par la Réparation à travers une vérification ponctuelle des éléments. C’est en ce lieu que l’on peut physiquement accéder au film dans son intégralité, pendant toute la durée de la restauration, car tous les matériaux reçus et analysés y sont disponibles en un simple coup d’œil, offrant ainsi une vision complète du projet.

  • Restauration numérique

    Le département Restauration numérique dispose de deux logiciels majeurs pour le nettoyage numérique ("Digital cleaning") et la retouche ("Digital retouch"): Revival de Black Magic, Phoenix de Image System, Diamant de HS Art. Nous utilisons ces logiciels en parallèle ou de manière combinée pour réaliser toute une gamme de corrections de problèmes et de détériorations :

    • stabilisation de l’image
    • correction du pompage lumineux
    • correction du color breathing dû à la dégradation des couleurs
    • élimination des rayures et éraflures
    • reconstruction de lacunes partielles et de photogrammes entiers par interpolation
    • élimination des traces de scotch et de collures
    • élimination des salissures, des poussières et des impacts/spuntinature
    • atténuation des auréoles de moisissure
    • atténuation du grain ou élimination des effets de granulation
    • correction du papillonnage/rumore video

    Ces logiciels permettent de travailler manuellement ou en mode semi-automatique et automatique. Ces opérations sont effectuées par un personnel spécialisé et nécessitent un travail scrupuleux de contrôle et de correction, photogramme par photogramme.

  • Correction couleur 4K et 2K

    Dans la restauration des films, le terme « étalonnage » décrit le procédé d’altération du signal de base du scanner pour récupérer et valoriser les informations et les détails, l’aspect/look et le teintage/tono originels de la copie. Aujourd’hui, la color correction s’effectue en numérique, car les outils de correction colorimétrique offrent des marges d’intervention sur la photographie du film bien plus importantes que les techniques photochimiques traditionnelles.

     

    Ces nouvelles méthodologies permettent de reconstruire virtuellement des images autrement irrécupérables, car trop détériorées pour être restaurées de façon traditionnelle. De cette manière, les possibilités de récupérer des documents visuels et le patrimoine d’information qu’ils véhiculent s’en trouvent multipliées.


    Nous pouvons réaliser deux types d’intervention : la correction de la couleur primaire - qui concerne l’image tout entière et en modifie le contraste, la luminosité, la colorimétrie, la saturation - et la correction de la couleur secondaire - qui concerne uniquement certains éléments de l’image : une zone déterminée du photogramme ou bien une seule couleur.
    L’objectif de la color correction est d’obtenir le look/aspect/teintage final du film, qui sera ensuite transféré sur tous les types de support, vidéo ou pellicule. Il est donc essentiel de travailler sur des moniteurs systématiquement calibrés sur les standards internationaux.

     

    L’Immagine Ritrovata est équipée d’une solution d’étalonnage associée au logiciel Nocuda Film Master de Digital Vision et au projecteur numérique CINEO35 2.5K de ProjectionDesign qui lui permettent de réaliser une correction colorimétrique de très haute qualité et de grande précision.

  • Mastering et DCI

    L’Immagine Ritrovata fournit des solutions professionnelles pour la vidéo et le cinéma numérique dans les formats suivants:


    Digital Video: HDCAM et HDCAM SR 4:2:2 et 4:4:4, Digital Betacam, Betacam SP, DVD.


    DCI: Digital Cinema Distribution Masters (DCDM), Digital Cinema Packages (DCP), Key Delivery Messages (KDM), résolutions 4K et 2K, standard InterOP et SMPTE.


    Nous utilisons les systèmes DVS Clipster et Quantel eQ, outils de pointe dans la réalisation de DCP et de master/master video. Nous sommes équipés de VTR numériques HDCAM Sony SRW5500 et Digital Betacam Sony DVW2000P. Nous respectons strictement les normes internationales audio/vidéo et DCI.


    Les master/master vidéo sont vérifiés sur des Sony HD grado 1 avec calibration, tandis que les DCP sont testés dans une salle de projection équipée d’un projecteur Christie CP2210 et d’un server Doremi DCP2000.

  • Sous-titrage

    Toutes les œuvres restaurées, produites en Italie ou ailleurs, sont sous-titrées par nos soins. Selon la distribution et la langue de la version originale, les films sont sous-titrés en anglais, en italien, en français et dans les principales langues européennes, également en version pour sourds et malentendants. Grâce à notre vaste réseau de collaborateurs externes coordonnés par la section sous-titrage, nous intervenons sur des films en provenance du monde entier. Le processus de traduction, d’adaptation, de repérage, de révision et de production de fichiers de sous-titres, réalisé à travers le programme EZTitles© sur plate-forme Windows, a lieu en marge de la restauration du film.

     

    L’Immagine Ritrovata fournit des sous-titres pour tout type de supports et de formats, de la pellicule au DVD et au BlueRay, du cinéma numérique au sous-titrage électronique pour l’exploitation en salle.

  • Restauration audio

    L’ensemble de nos interventions sur le son est axé sur un système Avid/Digidesign ProTools HD, continuellement mis à niveau pour garantir une compatibilité parfaite avec n’importe quel autre studio, laboratoire ou professionnel. Un vaste parc de plug-ins, d’enceintes/outboards analogiques et d’écoute PMC complètent notre équipement.

     

    Nous avons récemment équipé notre système de numérisation fondé sur Sondor OMA/E de la technologie COSP xi2K. L’Immagine Ritrovata est ainsi devenu l’un des rares laboratoires au monde à même de numériser en haute définition des négatifs optiques de tout format. Cette technologie offre la possibilité de manipuler en temps réel la gamme chromatique, le contraste et la zone de numérisation, permettant par conséquent de numériser des matériaux jusqu’alors illisibles, tout en accélérant et en optimisant les étapes de restauration successives.


    L’enregistrement optique sur un nouveau negativo colonna est effectué avec Westrex 35mm.

     

    Nous effectuons des conversions, des acquisitions et des transferts audio à partir et vers tout type de formats et de supports, actuels ou désuets. Les restaurations sont effectuées après une étude minutieuse du matériel, de la période et de la zone de provenance, afin de respecter l’originalité et l’unicité des sources.

     

    Un téraoctet de bibliothèque sonore, en augmentation constante, permet la sonorisation et la reconstruction de tout environnement et effet sonore en postproduction.

     

    Montage en prise directe, bruitage, mixage multicanal d’effets et de musiques et master de diffusion - mastering pour la diffusion/mastering per broadcoast, la télévision et le cinéma, complètent l’éventail des interventions effectuées au sein de notre structure.

  • Enregistrement des films

    Le laboratoire dispose de deux imageurs ARRILASER, une machine équipée d’un système laser qui permet d’enregistrer des images numériques sur des pellicules 35 mm en résolution 2K ou 4K. Les Solid State Laser permettent d’impressionner le film avec des images de haute qualité, enregistrées de façon rapide et fiable. Il est ainsi possible d’enregistrer tous les formats d’image courants (11:1.19 - 1:1.33 - 1:1.37 - 1:1.66 - 1:1.85 - 1:2.35 CS) à une vitesse allant jusqu’à 1,7 secondes par photogramme pour les résolutions en 2K, ou à 3,5 secondes par photogramme pour les résolutions en 4K.

     

  • Impression et développement

    Cœur historique des activités de L’Immagine Ritrovata, ce secteur maintient, aujourd’hui encore, le laboratoire en lien étroit avec les bases de la technologie cinématographique.

     

    L’Immagine Ritrovata est en mesure de reproduire de manière traditionnelle des copies originales 35mm négatives et positives en noir et blanc et en couleurs. Grâce à sa longue expérience, le laboratoire est à l’avant-garde du traitement des copies nitrates présentant des problèmes de retrait/restringimento particuliers, dans le respect total de la valeur historique du matériel original. Le laboratoire offre également un service d’impression et de développement de copies de travail et de copies positives en couleurs et en noir et blanc. Ces élaborations sont réalisées grâce à un parc de machines extrêmement performantes. Le département Impression et développement intervient également après traitement numérique des images et du son, lorsque le projet prévoit de ramener sur pellicule la version restaurée en numérique.

  • Cours de formation

    L'Immagine Ritrovata organise périodiquement des stages de formation au sein de ses différents secteurs. Les stagiaires sont suivis dans leur formation par le personnel du laboratoire qui met à leur disposition ses compétences et leur offre la possibilité d’utiliser les machines et les logiciels dont le laboratoire est équipé.

     

    L'Immagine Ritrovata accueille également le cours de formation pratique de deux semaines de la Film Restoration Summer School, cours intensif organisé par la Cineteca di Bologna et promu par la Fédération Internationale des Archives du Film (FIAF), par l’Association des Cinémathèques Européennes (ACE) et par la World Cinema Foundation.

     

    Ce projet a pour objectif principal de partager avec les participants sélectionnés les connaissances, le savoir-faire et l’expérience de professionnels et d’experts de la branche issus du monde entier, ainsi que du personnel du laboratoire et de la cinémathèque.

     

    La Film Restoration Summer School / FIAF Summer School généralement se structure en trois phases:

    • Apprentissage à distance, en ligne
    • Tables rondes durant le festival Il Cinema Ritrovato
    • Stage de formation au laboratoire